• Pour + pronom personel + infinitif

    loc. adv.

    (flandricisme) Afin que je puisse/tu puisses... + infinitif.

    Francophonie : Nord-Pas de Calais

    "J'ai déjà fait ma valise pour moi partir le plus vite possible."
    "Je t'ai acheté un tablier pour toi pouvoir cuisiner."

    Exemples

    Dictionnaire source : Recueil de wallonismes, Isidore Dory, Bibliothèque Gallica, Internet, 1874 - article Pronoms personnels 2° - sujet d'un infinitif :
    Montre un peu pour moi voir, moutte in pau pou mi vir, mont[ois]. Je demande pour moi sortir, ej demande pou mi sortir, tournais[ien]. Je viens vous demander du grain pour moi vivre, ji v'vins d'mandér do grain por mi viquér. Dites : pour vivre, ou pour me sustenter. - Dans l'exemple suivant, le sujet de l'infinitif est un substantif. N'avez-vous pas une vieille paire de souliers pour mon mari mettre ? n'avez-v'nin n'vîle paire di solé po mi homme mette ? Dites simplement : pour mon mari.
    Cette tournure wallonne est absolument mauvaise en français. Sigard n'y voit qu'un procédé pour éviter la difficulté de la conjugaison. Cela peut être vrai pour le premier texte, qui semble équivaloir à : montre un peu pour que je voie, et encore, la vraie tournure française, serait plutôt : laisse-moi voir, ou, simplement, montre-moi cela. Mais la seconde tournure, très-usitée à Tournai, équivaut à : je demande à sortir : nous avons des deux côtés, l'infinitif ; le tournaisien ajout seulement le sujet de l'infinitif. Ne pourrait-on trouver là un vestige de la proposition infinitive ? On sait qu'elle n'est admissible en français que dans certain cas : Je l'ai laissé partir, faites-le sortir, je l'ai vue peindre, je l'ai entendue chanter.