• Une fois

    loc.n.

    du flamand : eens, een keer, "une fois"

    (flandricisme fréquent) Donc.

    Nota : Tic langagier commun à la plupart des langues germaniques, ainsi il se retrouve en français d'Alsace sous la forme une fois de nouveau (pour "nokh amol").

    Ecoutez : " Il était une fois ".

    Belgicismes (disque 1), Albert Doppagne et Hélène Bourgeois-Gielen

     
     
     
    Dictionnaire source : Flandricismes, wallonismes et expressions impropres, A.F. Poyart, Bibliothèque Gallica, Internet, 1806 - article une fois, après un impératif :
    Une fois est un adverbe numérique : une fois, deux fois, trois fois, etc.
      
      Par exemple, on dira : j'ai été une fois à paris; vous avez manqué une fois, etc.
        Cependant il n'est pas toujours adverbe numérique, et l'on s'en sert, même avec grâce, dans des phrases telles que les suivantes : quand on a une fois bien médité les harangues de Démosthène et de Cicéron, l'on sait se faire une idée de la véritable éloquence ; - celui qui s'est une fois bien pénétré de la beauté de la franchise ne se laisse point circonvenir par la duplicité du mensonge, etc.
       Ainsi, une fois, pris dans le sens dont nous venons de parler, n'est nullement un flandricisme ; mais il en est un quand il est employé après un impératif, comme lorsqu'un Belge dit : buvez UNE FOIS ; - chantez UNE FOIS une petite chanson ; - dites UNE FOIS à mon domestique qu'il vienne, etc.
        Il faut dire tout simplement : buvez ; - chantez une petite chanson ; - dites à mon domestique, etc. On dit aussi, et avec politesse : je vous prie de boire ; - ayez la complaisance de chanter une petite chanson ; - veuillez dire àmon domestique qu'il vienne.
        Ce ne serait pourtant pas un flandricisme que de dire à quelqu'un : buvez une fois, si l'on veut faire entendre qu'il ne doit boire qu'une seule fois, et non pas deux.